Une convention de partenariat a été signée entre la société mussipontaine, spécialisée dans la fabrication de canalisations en fonte ductile, et l’accélérateur de projets de la Région Grand Est, le C2IME, afin d’assurer la pérennité de ce fleuron de l’industrie lorraine.

Une alliance pour trois ans. L’accélérateur C2IME prête main-forte à Saint-Gobain PAM et accompagne l’entreprise dans sa mue. Les deux
parties ont signé une convention de partenariat le vendredi 18 novembre et s’engagent à travers un accord triennal, renouvelable si le
besoin s’en fait sentir. Cette action s’inscrit dans le cadre du plan « Initiatives Industries Grand Est » porté par la Région, en lien avec les différents partenaires que sont l’UIMM, l’Université de Lorraine, la CCI et Pôle emploi. Un acte « nécessaire » alors que les effectifs de ce fleuron de l’industrie tendent à s’amenuiser. Jérôme Lionnet, directeur général de l’antenne mussipontaine du groupe, prévoit en effet « le renouvellement de la moitié de l’effectif d’ici dix ans ». Mais dix ans c’est demain et le futur se prépare aujourd’hui.

Un renouvellement qui doit être l’occasion de « faire évoluer les compétences » des futurs salariés et « d’anticiper les évolutions du marché ». Une évolution démographique et technologique pour laquelle 100 millions d’euros vont être investis. « Nous allons doubler le nombre de robots dans nos usines et poursuivre nos efforts en matière de transition énergétique. » Avec l’ambitieux objectif d’être « totalement neutre en carbone en 2023 ».

S’il s’agit d’assurer la pérennité de Saint-Gobain PAM, la questionest tout aussi politique qu’économique. « Le Grand Est est un territoire industriel et doit le rester » pour pouvoir conserver sa place dans un monde « hyperconcurrentiel », souligne Valérie Debord, présidente de l’accélérateur de projets et bras armé de la Région. « Nous devons donner à nos entreprises les moyens de rester sur le territoire. Si
nous ne sommes pas en capacité de nous renforcer, nous perdrons en attractivité. » Miser sur la formation Pour assurer cette montée en puissance des compétences, le groupe mise sur la formation. « Nous avons souhaité que la question de l’expertise soit la colonne vertébrale de notre plan d’avenir », insiste Jérôme Lionnet. « Il va falloir apprendre à produire avec moins de personnel et donc réduire le temps de fabrication. D’où la nécessité de moderniser la chaîne de production et de renouveler les compétences », ajoute Valérie Debord.

Pour cela, un plan d’action est déjà engagé avec le C2IME en lien avec les acteurs du territoire – notamment Pôle emploi et la Mission locale Grand Est – afin de trouver des solutions adaptées aux besoins de Saint-Gobain PAM. « Un groupe de recrutement est en cours d’installation afin de faire connaître  nos métiers aux futurs candidats et d’inciter les actifs potentiels à entrer dans les parcours. » Les personnes intéressées bénéficieront ainsi d’une formation aux nouvelles compétences « inhérentes aux innovations technologiques », développe le directeur des ressources humaines, Jean-Bernard Mirvan. Première piste de recherche : se rapprocher des publics éloignés de l’emploi, avec 130
embauches prévues en 2023.

A propos de C2IME :

L’accélérateur assemble autour de projets industriels sélectionnés, en un même temps, les acteurs économiques et financiers, scientifiques et technologiques, institutionnels et territoriaux.

Son mode opératoire unique s’appuie sur le fort dynamisme de son réseau pour anticiper les marchés et impulser une dynamique de valorisation dans l’innovation des entreprises du Grand Est.

Chiffres clés :
–       68 comités d’accélération
–       577 projets analysés
–       334 entreprises présentées
–       301 projets sélectionnés et accélérés

Marchés cibles : La valorisation de l’Innovation dans la région Grand Est.

 

 

 

Vous aimez ? Partagez l’info...Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email